Zones d'ombre: représentation du combat dans le cinéma national durant la guerre d'Espagne
NAGIOS: RODERIC FUNCIONANDO

Zones d'ombre: représentation du combat dans le cinéma national durant la guerre d'Espagne

DSpace Repository

Zones d'ombre: représentation du combat dans le cinéma national durant la guerre d'Espagne

Show simple item record

dc.contributor.author Sánchez-Biosca, Vicente
dc.date.accessioned 2013-09-16T08:59:26Z
dc.date.available 2013-09-16T08:59:26Z
dc.date.issued 2011
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/10550/30084
dc.description.abstract Laurent Véray signale que les images emblématiques de la Première Guerre mondiale, qui se sont installées dans la mémoire collective, sont en majorité " des faux". La révolution (technologique de la photographie, qui se développa avec la guerre d'Espagne, ainsi que la croissance spectaculaire du photojournalisme et des revues illustrées, ont répandu l'idée que le direct était la façon la plus juste de représenter les batailles. Ainsi, comme Robert Capa, David Seymour (Chim), Gerda Taro, Agustí Centelles et tant d'autres qui avaient capturé l'instant, nous supposons, presque automatiquement, qu'il en fut de même pour les opérateurs de cinéma. Or ce ne fut pas le cas. Il est vrai que le poids de l'instant était devenu une obsession pour les cameramen. D'où leurs efforts pour être le plus près possible de l'action, et le faible nombre de reconstructions. En guise de falsification on préféra le montage a la mise en scène. Les avant-gardes artistiques des années 1920 avaient influencé le documentaire des années 1930. Il n'en demeure pas moins vrai que les représentations de la bataille filmées de l'intérieur restent rares. La guerre d'Espagne constitue, en ce sens, un moment charnière: la prise de vues sur le vif, saisie au creur même du combat apparaît, mais elle n'est pas fréquente. Les deux films analysés montrent les limites, et pas seulement techniques, de l'imagerie de guerre. Dans les deux cas, quelque chose transcende la fonction de reportage : les valeurs héroïques, les cérémoniaux, les commémorations. C'est la le côté archaïque de la guerre civile espagnole, qui contraste avec sa radicale modernité en matière de couverture et de diffusion. La production républicaine montre, par contre, une plus grande modernité sur un aspect: le regard porté sur les victimes. Instrument de propagande? Sans doute. Mais l'héroïsme "a échelle humaine" - et non épico-militaire - est une des caractéristiques des discours républicains: solidarité, martyrologe ... C'est peut-être pour cela que la guerre d'Espagne continue d'être, dans l'histoire des représentations guerriêres, aussi incertaine ... et aussi génante. es_ES
dc.language.iso fr es_ES
dc.source Vicente Sánchez-Biosca, "Zones d'ombre: représentation du combat dans le cinéma national durant la guerre d'Espagne" en Les mises en scène de la guerre au XXe siècle. Théâtre et cinema sous la direction de David Lescot et Laurent Véray, Paris, Nouveu monde éditions, 2011, pp. 123-136. es_ES
dc.subject guerre d'Espagne es_ES
dc.subject guerre d'Espagne es_ES
dc.subject spanish civil war es_ES
dc.subject cine e historia es_ES
dc.subject guerra civil española es_ES
dc.title Zones d'ombre: représentation du combat dans le cinéma national durant la guerre d'Espagne es_ES
dc.type info:eu-repo/semantics/bookPart es_ES
dc.subject.unesco UNESCO::HISTORIA es_ES

View       (7.227Mb)

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace

Advanced Search

Browse

Statistics