Les demoiselles et le réveil de la chevalerie dans le "Roman de Perceforest"
NAGIOS: RODERIC FUNCIONANDO

Les demoiselles et le réveil de la chevalerie dans le "Roman de Perceforest"

DSpace Repository

Les demoiselles et le réveil de la chevalerie dans le "Roman de Perceforest"

Show simple item record

dc.contributor.author Payne, Marie-Christine es
dc.date.accessioned 2019-06-19T09:53:31Z
dc.date.available 2019-06-19T09:53:31Z
dc.date.issued 2019 es
dc.identifier.uri https://hdl.handle.net/10550/70525
dc.description.abstract Résumé Roman du XVe siècle, le Roman de Perceforest exalte les valeurs chevaleresques. Tournois, joutes et ordres chevaleresques, tout est mis en place par le roi Perceforest afin de promouvoir la chevalerie et civiliser son royaume. Rien d?original dans ce texte assez moralisateur qui nous ramène aux sources des récits arthuriens. Pourtant, parmi les nombreux chevaliers du Perceforest, plusieurs seront raillés, moqués, critiqués. Dans plusieurs cas, ils sont la cible de personnages féminins. Spectatrices des combats et joutes, les femmes du Perceforest sont les premiers juges des chevaliers puisqu?elles doivent trouver un mari et tester les limites de chaque chevalier. De la plaisanterie de connivence à la critique plus rude, les personnages féminins du Roman de Perceforest amènent le lecteur à reconsidérer la chevalerie. Cela est plus particulièrement le cas dans la cinquième partie du roman où les « jennes bacelers » n?ont pas eu d?apprentissage chevaleresque et n?ont aucun modèle (vivant) sur lequel s?appuyer. Errant dans les forêts en quête d?aventure, ils sont la cible idéale des demoiselles qui vont sans cesse commenter leurs actes. Quelles sont les critiques de ces femmes dans le Perceforest ? S?agit-il réellement de critiques ? Relèvent-elles d?une « crise de la chevalerie », en sont-elles un symptôme ? Le narrateur cherche-t-il à nous montrer un caractère purement féminin, ou bien, ces personnages féminins expriment-ils l?opinion du narrateur ? Abstract XVth century Prose Romance, the Roman de Perceforest celebrates chivlaric values ; tournaments, jousts and chivalric orders, everything is established by King Perceforest in order to promote Chivalry and civilise his realm. Nothing new in this text rather moralizing that brings us back to Arthurian sources. Nevertheless, amongst the knights, several of them will be mocked and criticized. In many cases, they are at the mercy of female characters. Ideal audience of combats and jousts, The Perceforest?s women are the knights? first judges as they have to find a husband and test each knight?s limits. From the light mockery to a most severe critic, Female characters in Perceforest invite the reader to reconsider chivalry. This is mostly the case in Book V where the « jennes bacelers » didn?t receive any chivalric education. Wandering in the forests, seeking for any adventure, they are the ideal prey of young damsels who will continuously comment their acts and deeds. What are these critics on chivalry made by women in Perceforest ? Is it really a critic ? Are they due to a « crisis of chivalry » ? Are they a symptom of it ? Does the narrator try to show us a display of a Female character or are these characters expressing the narrator?s opinion ? es
dc.source Payne, Marie-Christine. Les demoiselles et le réveil de la chevalerie dans le "Roman de Perceforest". En: Tirant: Butlletí informatiu i bibliogràfic, 22 2019: 6- es
dc.title Les demoiselles et le réveil de la chevalerie dans le "Roman de Perceforest" es
dc.type info:eu-repo/semantics/article en
dc.type info:eu-repo/semantics/publishedVersion en
dc.subject.unesco UNESCO::CIENCIAS DE LAS ARTES Y LAS LETRAS es
dc.identifier.doi es

View       (197.7Kb)

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace

Advanced Search

Browse

Statistics